Artistes


Eve Ruggieri, directrice artistique


Eve Ruggieri

Issue d’une famille de musiciens professionnels, Eve Ruggieri obtient le premier prix de piano du Conservatoire de Nice. Son baccalauréat en philosophie en poche, elle ne quittera pour autant jamais l’univers de la musique. Découvreuse de talents, musicienne et mélomane, journaliste, productrice, animatrice de radio et de télévision, Eve Ruggieri s’illustre dès les années 70 sur TF1 avec l’émission très appréciée Le Regard des Femmes, où elle met en lumières des artistes comme Sonia Delaunay ou Gisèle Freund, qui ont débuté leur carrière grâce à elle.

La musique organise le quotidien de cette musicienne prodige maintes fois récompensée. A partir de la fin des années 80, elle anime sur France Inter l’émission Eve Raconte, qui dure dix ans, où elle narre les péripéties de personnalités telles que Maria Callas ou Greta Garbo. A l’issue de ce programme, elle devient directrice de programmation de France Inter. L’émission Musiques au Cœur naît avec elle sur Antenne 2.

Depuis 2008, elle anime chaque matin  à 9h sa chronique Eve Ruggieri raconte sur Radio Classique qui emmène les auditeurs en musique dans l’univers des personnages les plus illustres de notre histoire.

En 1990, dans le cadre du festival d’Aix en Provence elle introduit l’intégrale des Symphonies de Beethoven dirigées par Kurt Masur. La SACEM remet à Eve Ruggieri la médaille d’or de la meilleure communication musicale télévisée. La rédaction biographique ainsi que la critique occupent également une place capitale dans sa vie. En 1990, on lui confie la chronique musicale au Figaro Magazine et elle publie plusieurs ouvrages tels que Mozart, l’itinéraire sentimental chez Michel Lafon (1991) ou Beethoven, l’itinéraire sentimental (1996).

Gérante d’une production de festival d’opéras – festival de Lacoste avec Pierre Cardin, festival d’Antibes et festival des Journées lyriques de Chartres et d’Eure-et-Loir.

Marie Kalinine, mezzo-soprano


marie kalinine

Née à Paris dans une famille de mélomanes, Marie Kalinine se découvre très tôt une passion pour la musique: elle décide, dès l’âge de dix ans, qu’elle sera chanteuse d’opéra !

Après sa sortie de la Maîtrise de Radio-France, la grande soprano française Christiane Eda-Pierre lui enseigne les bases d’une technique vocale solide, puis elle complète sa formation au Conservatoire Supérieur de Paris, aux Jeunes Voix du Rhin et au CNIPAL de Marseille.

Très rapidement, elle est remarquée par Eve Ruggieri, qui la choisit pour être Carmen dans ses festivals Musiques au Cœur d’Antibes et de Lacoste, et l’invite à se produire dans son émission sur France 2, en tant que «révélation de l’année».

Dès lors, Marie Kalinine entame une carrière sous le signe des grands rôles tragiques pour lesquels elle est régulièrement saluée par la presse. On apprécie particulièrement la richesse de son timbre chaud et sombre, servi par une force et une intelligence dramatiques qui font parler d’elle en des termes flamboyants: «chanteuse incandescente», «volcan scénique», «tempérament qui brûle les planches».

C’est donc tout naturellement que les héroïnes à fort caractère remplissent ses saisons théâtrales: déesses maléfiques, magiciennes guerrières, amoureuses désespérées, femmes à libido débordante…

Elle se produit sur des scènes prestigieuses telles que le Festival d’Aix-en-Provence, l’Opéra de Nice, le Théâtre du Châtelet, l’opéra de Montpellier, l’Opéra Royal de Versailles, la Villa Médicis à Rome, le Palazzetto Bru-Zane à Venise, l’Opéra de Saint-Etienne (La Navarraise de Massenet, unanimement applaudie par la presse, Charlotte de Werther, Margared dans Le Roi d’Ys), l’Opéra Royal de Wallonie (Carmen, et Santuzza dans Cavalleria Rusticana, aux côtés de José Cura).

Son parcours l’amène à travailler et à enregistrer avec les plus grands chefs: Hervé Niquet, Christophe Rousset, Alain Altinoglu, Paolo Arrivabeni, Laurent Campellone, Jean-Christophe Spinosi… et même Yvan Cassar, lors de la tournée C’est Magnifique, où elle a eu le plaisir de chanter en duo avec Roberto Alagna.

…et quand elle ne chante pas, elle dessine (cf. son blog BD, «Chanteuse d’Opéra? C’est un métier, ça ?»).

Site internet: mariekalinine.com

Philippe Do, ténor


philippe Do

Né en France d’origine vietnamienne, Philippe Do a commencé sa carrière à l’Opéra National de Lyon. Il se produit sur les scènes les plus prestigieuses du monde : Scala de Milan, Bolchoï de Moscou, Marinsky de Saint-Petersbourg, Lincoln Center de New-York, Opéra-Comique et Théâtre du Châtelet  de Paris, Opéra de Zurich, Grand Théâtre de Genève, Capitole de Toulouse, La Fenice de Venise, San Carlo de Naples, Volksoper de Vienne, Concertgebouw d’Amsterdam, Festspielhaus de Baden-Baden, Festival dei Due Mondi di Spoleto, Sferisterio de Macerata, Chorégies d’Orange…

Philippe Do est un interprète très apprécié pour la « beauté de son timbre de ténor lyrique, ses demi-teintes raffinées et la pureté de son style » (Alan Blyth dans Opera) et notamment pour le répertoire français et belcantiste. La facilité de son registre aigu allié à un medium corsé, ainsi que sa forte présence scénique lui permettent d’exceller dans des ouvrages aussi variés que Robert le Diable de Meyerbeer (à Sofia), Fra Diavolo (à Vienne, Paris), Carmen (à Paris, Macerata, Riga, Zurich) ou Lucia di Lammermoor de Donizetti (à Londres).

Récemment il chante Thérèse et La Navarraise de Massenet à Wexford, Perséphone de Stravinsky et Pelléas et Mélisande de Debussy à Prague, Maria Stuarda de Donizetti et Genoveva de Schumann in Ostrava, Il Mondo della luna de Haydn à Monte-Carlo, Anna Bolena de Donizetti à Budapest et Kosice avec Edita Gruberova, Médée de Cherubini à Mainz, Das Land des Lächelns à Lübeck, Roméo et Juliette à la Fenice de Venise, Les Pêcheurs de Perles de Bizet à Vérone, St-Petersbourg et Moscou, Don Giovanni de Mozart à Rome…

Ses rôles incluent également Gérald (Lakmé), Nemorino (L’Elisir d’amore), Faust (de Gounod et de Berlioz), Des Grieux (Manon), Werther, Tamino (Die Zauberflöte), Le Chevalier de la Force (Le Dialogue des Carmélites), Gonçalve (L’Heure espagnole), Pinkerton (Madama Butterfly), Rodolfo (Bohème), Rinuccio (Gianni Schicchi), Tom (The Rake’s Progress), Lensky (Eugen Onegin), Alfredo (Traviata), Fenton (Falstaff)… Il a participé à plusieurs créations mondiales dont Elephant Man de Laurent Petitgirard à l’Opéra d’Etat de Prague, Le Premier Cercle de Gilbert Amy et Il Canto della Pelle de Claudio Ambrosini à l’Opéra National de Lyon, Kwasi & Kwame de Jonathan Dove à l’Opéra d’Amsterdam.

Il s’est produit sous la direction des chefs d’orchestre Georges Prêtre, Evgeny Svetlanov, Gennady Rojdestvensky, Maurizio Benini, Christoph Eschenbach, Jan-Latham König, Michel Plasson, Marc Minkowski, Alberto Zedda, Claus-Peter Flor, Vladimir Jurowski, David Robertson, Chirstopher Hogwood… En concert, il s’est produit avec l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, Les Musiciens du Louvre, l’Orchestre de Paris, le Northern Sinfonia, le Royal Philharmonic Orchestra, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre de Chambre de Genève, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre de la Radio Néerlandaise, l’Orchestre de la Radio de Stuttgart.

Au cours de la saison 2015/16, il chante Maria Stuarda et Roberto Devereux de Donizetti à Ostrava,  Médée de Cherubini à Mannheim et Heilbronn, Les Saisons de Haydn à Paris, Faust de Gounod et Gianni Schicchi de Puccini à Mainz, le Requiem de Verdi à Paris, Rabat et Casablanca.

Sa riche discographie comprend Noé et Carmen de Bizet (DVD Cascavelle et Dynamics), Clovis et Clotilde de Bizet (Naxos, Editor’s choice de Gramophon), Amadis de Gaule de J.C. Bach (Singulares), Lodoiska de Cherubini (Naïve), Les Bayadères de Catel (Singulares), Le Premier Cercle de Amy (Harmonia Mundi), les Don Giovanni de Mozart et Gazzaniga (Supraphon), Trouble in Tahiti de Bernstein (Calliope), Mathilde de Guise by Hummel (Brilliant Classics), Marie-Magdeleine de Massenet (Cascavelle), le Requiem de Verdi (Koch), les Hyérodrames de Rigel (K617), Adrien de Méhul (Qobuz), Guru de Laurent Petitgirard (Naxos, Choc de Classica) ; des mélodies avec orchestre de Jean Cras (Timpani) et un récital de mélodies françaises (Ed. Maisonneuve & Larose).

Philippe Do est diplômé en études commerciales de l’ESSEC, et en chant du Mannes College of Music de New-York. Il a remporté plusieurs concours internationaux dont le Concours “Toti Dal Monte” en 2001. Il se perfectionne auprès de la légendaire Mirella Freni.

Site internet: philippedo.com

Yoshiko Moriai, pianiste


yoshiko moriai

Après ses études de piano à Toho Gakuen au Japon, Yoshiko Moriai obtient de nombreux 1ers prix, de piano, d’accompagnement, de musique de chambre, de clavecin, et d’analyse, au CNR de Rueil-Malmaison, au CNR de Boulogne-Billancourt et au CNSM de Paris en classe de direction de chant. Elle a participé à de nombreux festivals : Concerts à Tokyo Suntry Hall et Yokohama en 2012, Festival à Chartres avec Eve Ruggiéri en 2011, Festival à Briançon avec J.C.Keck en 2009, 2010, 2011, 2012 ; en 2003 en Corée pour BaTaClan d’Offenbach, Festival Berlioz de la Côte Saint André avec Carpe Diem en 2002-2004, Mecklenburg Vorpommem Festival en Allemagne en 2002, Festival de la musique de chambre à Kuhmo en Finlande en 1996, Festival international de la musique de chambre en Corée en 1994, et depuis 2005, Festival d’Offenbach à Bruniquel avec Franck T’Hezan et J.C.Keck ; Récital à Tokyo Suntory Hall, Hamarikyu en 2009, Kioi Hall en 2004. Yoshiko Moriai s’est produite en récital au Théâtre Impérial de Compiègne, au Théâtre de Valence, au Musée de la Vie Romantique à Paris, au Leighton House à Londres, au Théâtre Hébertot à Paris, au Théâtre du Tambour Royal à Paris, au Théâtre des 5 diamants, au Théâtre du Ranelagh, avec des metteurs en scène : Franck T’Hezan, Vincent Vittoz, Nicole Broissin, Eric Kugler, Philippe Ermelier ; et enfin en musique de chambre avec Alexandre Doisy (sax), Pierre Pierlot (flûte). Egalement chef de chant avec l’orchestre Pasdeloup à la salle Gaveau, à Mogador, au Théâtre du Chatelet,sous la direction de J.C.Keck, Cyril Dietrich etc… elle enseigne actuellement au CRR de Rueil Malmaison. Elle participe à plusieurs émissions à la Radio sur France Musique, France Inter et à la télévision sur TF1, France 2 et NHK au Japon. Yoshiko Moriai accompagne depuis 2004 le chœur Euphonia, placé sous la direction de Roland Lemêtre, au CRR de Rueil-Malmaison.